Jeudi 26
Systématique moléculaire

› 15:10 - 15:40 (30min)
« DNA barcoding » et diversité des oligochètes des eaux souterraines du Bénin (Afrique de l'Ouest)
Patrick Martin  1@  , Moïssou Lagnika  2, *@  , Gontran Sonet  3, *@  , Moudachirou Ibikounle  2, *@  
1 : Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, D.O. Taxonomie et Phylogénie  (IRSNB)  -  Site web
29 rue Vautier 1000-Bruxelles -  Belgique
2 : Université d'Abomey-Calavi, Faculté des Sciences et Techniques, Laboratoire de Parasitologie et d'Ecologie parasitaire
01BP526 Cotonou -  Bénin
3 : Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, Joint Evolutionary Molecular Unit  (JEMU)  -  Site web
29 rue Vautier 1000-Bruxelles -  Belgique
* : Auteur correspondant

Les eaux souterraines forment un écosystème majeur en termes de biodiversité, d'endémisme et d'espèces reliques. Cependant, sa stygofaune, c'est-à-dire la faune strictement inféodée eaux souterraines, reste trop souvent ignorée, bien que présente sur tous les continents. Sa connaissance est particulièrement intéressante dans le domaine de la santé publique car l'eau souterraine est aussi le principal réservoir d'eau potable sur Terre. Cette étude vise à construire une base de données génétiques des oligochètes des eaux souterraines du Bénin, laquelle pourra être utilisée comme référence pour de futures études basées sur le « DNA barcoding ». Elle s'inscrit dans un cadre plus large qui vise à utiliser la stygofaune comme indicateur de la qualité de l'eau.

Une centaine de puits ont été échantillonnés en 2015 et 2016 et les codes-barres COI ont été obtenus pour 126 spécimens des genres Aulophorus (Naididae) et Haplotaxis (Haplotaxidae), les deux principaux composants oligochètes dans les puits béninois. Les données moléculaires ont permis une comparaison intéressante entre les deux genres, en termes de diversité d'espèces, de distribution et de capacités de dispersion. Les nombreux spécimens du stygophile Aulophorus s'avèrent consister en 4 espèces, largement répandus, avec une faible variabilité génétique intraspécifique, suggérant une capacité importante de dispersion. Au contraire, 7 espèces potentielles ont été identifiées au sein du stygobionte rare Haplotaxis, chacune d'entre elles étant restreinte à une station, avec une exception, en sorte que chaque bassin hydrogéographique peut être caractérisé par son assemblage unique d'espèces d'Haplotaxis.

Ces premières données suggèrent un emploi potentiel intéressant des oligochètes des eaux souterraines dans la gestion de l'eau au Bénin : (1) la présence d'Hapotaxis est un indicateur de l'origine phréatique de l'eau dans les puits et, en tant que tel, suggère une bonne qualité de l'eau ; (2) au contraire, la présence d'espèces d'Aulophorus dans un puits indique une mauvaise protection de celui-ci vis-à-vis d'éléments exogènes, ce qui peut avoir un impact négatif sur la qualité de l'eau.


Personnes connectées : 1